Premières vues et ‘Chercher le courant’

25 Jan

Si vous lisez mon bloque régulièrement, vous avez probablement remarqué que je ne critique que très rarement le travail d’autres documentaristes. Mais j’ai été invité récemment à participer à une discussion à l’émission Premières Vues, diffusé sur Canal Vox, la télévision communautaire de Vidéotron/Québecor.

Après avoir parlé de ma propre démarche, j’ai discuté du film ‘Chercher le Courant’ avec les deux réalisateurs Nicolas Boisclair et Alexis de Gheldère. Le film est construit autour de leur descente de la rivière La Romaine en 2008, l’année avant que commençait le harnachement de celle-ci par Hydro-Québec.

Le voyage est entrecoupé de scènes d’une enquête systématique sur les alternatives énergétiques plus vertes qui ne détruisent pas des rivières et qui ne créent pas ou peu de gaz à effet de serre – menée d’ailleurs par le comédien Roy Dupuis. Et comme le but de l’exercice était de discuter du film, j’ai du exprimer mon point de vue.

D’abord, j’ai tenu à féliciter les deux cinéastes pour leur sens de l’initiative et leur courage. Non seulement ils ont entrepris une expédition de 700 km en canot sur une rivière difficile – de sa source au Labrador jusqu’à l’embouchure dans le St. Laurent. Ils ont en plus réussi à réaliser un film très ambitieux et substantiel malgré un contexte très difficile et un financement nettement insuffisant. Étant moi-même kayakiste de rivières et documentariste, je suis en mesure d’apprécier l’ampleur des défis qu’ils ont relevé. Comme premier film, c’est impressionnant.

Alors chapeau! – au producteur Denis McCready et les Films du Rapide Blanc aussi.

Premières vues - Chercher le courant

MI, Nicolas Boisclair, Frédéric Corbet et Alexis de Gheldère.

Par contre, dans l’émission – qui sera diffusée cette semaine – j’exprime aussi des critiques par rapport au film. Pour moi, l’histoire dramatique qui aurait pu être bien plus développée était justement la descente de la rivière, avec ses multiples embûches et rebondissements. Il fallait juste le dire pour que les deux cinéastes se mettent à raconter plein de dimensions de cette aventure qui ne sont pas dans le film. Ils ont voulu faire un film plus didactique, parce que leur mission en était une d’éducation populaire sur les choix énergétiques. A mon sens la qualité du film en tant que film se trouve à en souffrir.

C’est un choix très différent de celui que j’avais fait en réalisant Power (Tension) sur la campagne des Cris pour sauver la Rivière Grande Baleine au début des années 1990. Pour moi, il faut avant tout raconter une histoire captivante de manière cinématographique, plutôt que d’inclure toutes les informations et analyses dans le film. Ceci dit, j’ai déjà fait des films plus didactiques et dénonciateurs moi-même.

Et…. ‘Chercher le Courant’ est un excellent outil d’éducation, certainement un film à voir pour mieux comprendre nos options énergétiques.

L’émission Premières vues est animé de façon très dynamique par Fréderic Corbet. Elle sera diffusée jeudi à 19.30 avec de multiples reprises au cours des jours suivants.

Merci a Tobi Elliott pour l’aide avec le blog.

No comments yet

Leave a Reply